Voici un article qui se propose de revenir sur quelques fondamentaux de la communication non verbale et le langage corporel, également nommé body language.

Qu’est-ce que la communication non-verbale ?

Avant d’y répondre, vous pouvez si vous le souhaitez répondre au quizz suivant :

L’analyse de la communication non verbale est une discipline au croisement de plusieurs autres disciplines scientifiques. A noter que l’approche est plutôt :

  • linguistique en France avec la fondation de la sémiologie par Ferdinand de Saussure,
  • plutôt éthologique en Angleterre avec les travaux fondateurs de Desmond Morris,
  • et psychologique aux Etats-Unis avec, notamment, les travaux de Paul Ekman sur les micro expressions du visage.

En tous les cas, il s’agit davantage de décortiquer la manière dont l’échange se réalise d’un point de vue relationnel (le non verbal), plutôt que sur le contenu (le verbal). Les analystes tentent de comprendre, à travers les gestes, l’orientation du regard, le nombre de contact oculaire, le type de gestes et leurs orientations, la dynamique conversationnelle qui s’instaure.

Les dimensions de la communication non verbale

  • le paralinguistique : la voix, le débit de parole, l’intonation…
  • l’infra-verbal : les changements physiologiques (dilatation des pupilles…)
  • le kinésique : le mouvement du corps, la posture, les expressions faciales, les mouvements de tête, les contacts visuels…
  • la proxémique : la distanciation sociale et la gestion de l’espace comme territoire ;
  • le symbolique : représentation de Soi (accessoires, formes du corps…)
  • « haptics » pour les anglo-saxons : le toucher professionnel, intime, la poignée de mains…
  • « chronemics » pour les anglo-saxons : impact du temps sur les relations sociales ;

Pour comprendre ce que le confinement modifie dans notre body language et communication non verbale, vous pouvez regarder cette vidéo explicative :

Lorsque le non verbal révèle la personnalité

Encore plus pertinent à mon avis, le lien entre le non verbal et la personnalité. Il semblerait que la personnalité puisse se définir par des traits non verbaux et comportementaux récurrents. Un postulat pertinent qui permet, lorsque l’on observe la gestuelle d’une personne, de comprendre quelles sont ses zones de confort, zones aveugles et réactions de stress. C’est en tous les cas la méthodologie que je développe.

Une analyse basée sur le rôle des sémiotypes et de leurs dynamiques comportementales associées. Vous pouvez retrouvez davantage d’informations dans mes derniers ouvrages (Stratégie du caméléon, Human Decoder).

A quoi sert l’analyse du langage corporel ou body language ?

Comme le rappelle Matsumoto, l’analyse du non verbal de son interlocuteur permet d’améliorer ses qualités d’observation et ses compétences en négociation. Voici un article qui reprend les différentes intelligences à l’oeuvre dans l’interaction : l’intelligence émotionnelle, relationnelle et situationnelle.

De nombreuses études, notamment celle du couple Wesowsky, démontre qu’une bonne capacité à analyser les micro expressions de son interlocuteur augmente notre force de persuasion. En l’occurence, les bons vendeurs de BMW (dans leur étude), sont ceux qui obtiennent les meilleurs scores au test de détection des émotions faciales.

Pour aller plus loin

Je vous laisse avec cet excellent TedX « How Body Language and Micro Expressions Predict Success ».

Partagez cet article