On ne naĂźt pas bon orateur, on le devient 😉 A l’occasion du Grand Prix de l’Eloquence Sciences Po Strasbourg, voici les 5 principales astuces pour une prise de parole orale pertinente et percutante. Vous avez la cartographie globales et visuelle, puis les commentaires associĂ©s dans le dĂ©tail ci-dessous. 

Voici la version light et sans détail :

Astuce n°1 : prenez conscience de votre pouvoir !

Les mots ont un pouvoir, ils permettent de :

  • changer les reprĂ©sentations mentales de votre interlocuteur,
  • modifier la rĂ©alitĂ©, c’est ce que l’on appelle la performativitĂ© du langage, Cf. le linguiste Austin Quand dire c’est faire,
  • rejouer les dĂ©s du dĂ©terminisme social.

Mais les gestes ont eux aussi un pouvoir : 2 minutes dans la position de WonderWoman (ou Superman) et vous augmentez le taux de testostérone dans le sang de 20% !!! Cf. Amy Cuddy et son TedX

Astuce n°2 : gérez votre stress et vos émotions

Vos Ă©motions peuvent vous aider en amont de votre prise de parole. En utilisant la visualisation positive projetez-vous dans cette scĂšne imaginaire, dans laquelle vous prenez le maximum de plaisir.

Le jour J, il est possible de faire baisser son stress par des exercices simples, notamment dĂ©veloppĂ©s par l’Approche Neuro-Comportementale (Cf. Jacques Fradin). En voici quelques uns :

  • se reconnecter Ă  sa sensorialitĂ©, par la respiration notamment,
  • modifier son point de vue : que pense votre boucher ? Barack Obama ? votre chat ? de cette situation stressante…
  • trouver au moins 5 avantages Ă  cette situation stressante : 5 c’est possible, si si, mĂȘme la plus ironique des rĂ©ponses est valable 😉

Astuce n°3 : choisissez les bonnes techniques argumentatives

Toute prise de parole implique un minimum de figures style. La langue française en regorge. Les plus efficaces sont la mĂ©taphore, car elle est trĂšs pĂ©dagogique, et les jeux sonores, car ils mobilisent plus fortement le sens de l’ouĂŻe. Vous devez Ă©galement faire appel Ă  d’autres techniques spĂ©cifiques, pourquoi pas l’argument d’autoritĂ© (en citant une source bien solide) ou bien une petite attaque ad hominem (nous, les humains, adorons ce genre de stratagĂšme…).

En tous les cas, veillez Ă  un bon Ă©quilibre en ethos (je parle de « moi »), logos (je parle en « raisonnement factuel ») et pathos (l’appel aux « émotions »). Et rĂ©flĂ©chissez aux moments STAR : l’introduction et la conclusion doivent ĂȘtre particuliĂšrement impactant. Et il faut Ă©galement un autre moment fort, construit autour d’un tĂ©moignage, une anecdote, un rĂ©cit, un chiffre, bref le moment dont votre auditoire se souviendra…

Astuce n°4 : faites entrer l’autre dans la scĂšne

On oublie trop souvent qu’avant de parler de quelque chose, on s’adresse Ă  quelqu’un… Votre capacitĂ© Ă  pitcher va se voir dans votre aisance Ă  prendre les problĂšmes de l’autre en considĂ©ration : ses peurs, ses points douloureux, ses limites. Sans cela, vous ne pourrez pas parler bĂ©nĂ©fices… Il est indispensable que vous mettiez l’autre – votre auditoire – au coeur de votre processus. D’ailleurs, quelle histoire dont il est le hĂ©ros allez-vous lui  raconter ?

Enfin, crĂ©ez du lien et de la connivence avec votre public, davantage qu’un regard ou un sourire, vous devez lui parler ! Le questionnement et l’humour sont deux trĂšs beaux cadeaux que vous lui faites.

Astuce n°5 : cultivez votre authenticitĂ©… et kiffez !

Laissez vous la possibilitĂ© d’improviser ! C’est obligatoire pour pouvoir s’adapter au contexte, aux rĂ©actions de votre public. Vous ne faites pas un monologue pĂ©nible dans une salle de torture… Sentez la chaleur et la bienveillance de votre auditoire, rebondissez avec lui sur ce qu’il se passe autour de vous… Et si jamais vous vous trompez… pas de panique, mĂ©tacommuniquez : ma langue vient de fourcher lĂ , non ?! Les fins de semaines ont toujours Ă©tĂ© difficiles pour moi, etc. Mieux vaut ĂȘtre lucide qu’ignorant… Enfin, soyez humble, vous ĂȘtes lĂ  pour transmettre un savoir, une rĂ©vĂ©lation, Ă  votre hauteur, au public de dĂ©finir la pertinence de votre intervention. Le principal, c’est que vous ayez pris du plaisir !

Vous pouvez Ă©galement lire l’article sur les secrets d’un bon storytelling ici.

Partagez cet article